L’ŒUVRE DE LA SEMAINE : Qui est le modèle de « L’Origine du monde » par Gustave Courbet ?

L’ŒUVRE DE LA SEMAINE : Qui est le modèle de « L’Origine du monde » par Gustave Courbet ?

Le corps de la femme a toujours été une source d’inspiration pour les artistes, qui trouvaient en leurs courbes voluptueuses, une beauté et une sensualité mystérieuse. Cependant ces derniers se sont toujours abstenus, de dévoiler l’organe féminin dans leurs œuvres. Courbet a eu cette audace avec son tableau « L’Origine du monde ». Cette prise de risque fût une véritable réussite, puisque ce tableau est aujourd’hui un chef d’œuvre connu dans le monde et exposé au Musée d’Orsay. Mais près de deux siècles après sa création, un mystère subsistait : Qu’elle est la femme ayant posé pour le peintre ? Nous allons le découvrir …

L’Origine du monde, Gustave Courbet (Wikipédia)

Gustave Courbet, à travers cette peinture réaliste, tente de dédiaboliser l’image de l’organe féminin en le montrant tel qu’il est. Sans mise en scène, ni aucune connotation érotique, seulement le sexe féminin dans son plus simple appareil. De plus, en ne montrant pas de visage, celui-ci concentre notre attention uniquement sur l’appareil génital du modèle. Le titre « L’Origine du monde » est d’autant plus clair quant aux attentions du peintre. Il s’agit ici de montrer que cette organe est à célébrer et non à diaboliser, car c’est de la que provient la vie humaine. Malgré un titre accrocheur et sensibilisant, ce tableau scandalise.

Au-delà du jugement du grand public sur la pertinence de cette peinture, beaucoup étaient également curieux de savoir quel était le visage de la femme à qui appartenait cet organe. Ce n’est qu’en 2018 qu’un écrivain nommé Claude Schopp, découvre l’identité de cette dernière. Il s’agirait d’une certaine Constance Quéniault.

Qui est Constance Quéniault ?

Constance Quéniault (leparisien.fr)

Danseuse de second ordre à l’Opéra de Paris, elle aurait également été une courtisane et « porte bonheur » lors des parties de jeux de l’ambassadeur turc de l’époque : Khalil Bey. Ce dernier, commandait régulièrement des tableaux à Gustave Courbet. Passionné d’art érotique, il collectionnait plusieurs peintures, dont des femmes nues, et parmi ces tableaux figurait « L’origine du monde ». De plus, Claude Schopp dans ses recherches tomba sur une lettre que l’écrivain Alexandre Dumas aurait adressée à George Sand. Il y aurait mentionné :« On ne peint pas de son pinceau le plus délicat et le plus sonore l’intérieur de Mlle Quéniault de l’Opéra pour le Turc qui s’y hébergeait de temps en temps ». Une phrase lourde de sens pour Monsieur Schopp. Enfin, la pilosité noire présente sur la vulve du modèle ne laisse plus aucun doute pour l’écrivain : Constance Quéniault est bel et bien le modèle de « L’Origine du monde ».

Une affirmation remise en doute …

Cependant, cette affirmation a été démentie par Johan de la Monneraye avec sa publication sur son blog « La face cachée de L’Origine du Monde ». Il y dévoile une transcription complète du fameux passage dans lequel Dumas mentionne Mademoiselle Quéniault. Celle-ci nous explique qu’il ne parlait finalement pas de l’Origine du Monde, mais d’un autre tableau réalisé par Courbet à la demande de Khalil Bey : Le Sommeil.

Le sommeil, Gustave Courbet (poeuvreart.com)

Car, en effet, ce tableau aurait été peint dans « l’intérieur », faisant référence à la maison de prostitution de mademoiselle Quéniault, pour le diplomate turque. Il y représentait deux femmes nues sur un lit, enlacées et presque endormies.

De plus, ce tableau été déjà connu de tous à l’époque, contrairement à L’Origine du Monde. Ce dernier avait été secrètement conservé à l’abri des regards indiscrets par Khalil Bey. Alexandre Dumas, n’étant pas un proche de Khalil Bey et de Gustave Courbet, ne pouvait alors pas être au courant de l’existence de L’Origine du Monde.

Johan de la Monneraye avance de nombreux arguments remettant en doute ceux avancés par l’écrivain Claude Schopp. Vous vous pouvez les découvrir sur son site.

Alors, Constance Quéniault était-elle réellement le modèle du célèbre tableau L’Origine du monde ? Pensez-vous que les arguments avancés par Johan de la Monneraye prévalent sur ceux de Claude Schopp ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.